Google+

Index dynamique

mercredi 7 octobre 2015

Walking Dead 21, 22 & 23 - Robert Kirkman & Charlie Adlard

TITRE : Walking dead #21 : Guerre totale
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 15 octobre 2014
144 pages









TITRE : Walking dead #22 : Une autre vie
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 21 janvier 2015
168 pages










TITRE : Walking dead #23 : Murmures
AUTEURS : Robert Kirkman & Charlie Adlard
Delcourt - 16 septembre 2015
168 pages







Vous prendrez bien Brgups argHHH gNiiii avec votre thé?


❢ #21. Après l'attaque de Negan, les pertes sont plutôt lourdes. Il arrive même à en convaincre certains de changer de camp et de rejoindre le sien. Des personnages "maîtres" sont touchés et baissent les bras. Mais la guerre n'est pas terminée.

❢ #22. Une nouvelle vie commence pour les survivants. Des menaces sont écartées. Est-ce qu'on peut vraiment dire que "le calme arrive après la tempête"? En tout cas, un vent d'espoir plane sur le campement. L'heure est à la reconstruction, à la recherche de vivres. Jusqu'à ce qu'une nouvelle rencontre marquent un tournant.

❢ #23. Comme on le pressentait, une nouvelle menace plane parmi les rôdeurs. Qui sont-ils? D'autre part, Carl a bien grandi et commence à s'affirmer et a s'attirer autant d'affection que de haine dans la communauté. Digne héritier de son père?



BrrrrAAiiNnnnnn..... dans le dedans.....


❢ Abandonnée par mes compagnes de route, Acr0 et Hérisson, je continue la découverte de Walking Dead. Les filles ont été anéanties par le zombie de la lassitude. Un bouleversement majeur les ramènerait certainement à la vie. Du coup, je tiens le rôle d'éclaireur. Blague dans le coin, même si je prends toujours plaisir à lire la série, j'avoue que j'ai eu envie de sortir le carton jaune.

❢ Pas de problème en ce qui concerne les tomes #21 et #22. Le premier clôt un ère, tandis que le second en rouvre une nouvelle et se termine dans un cliffhanger palpitant. Dès lors, je trouve que Kirkman met en place pas mal d'éléments intéressants. Je ne vais pas rentrer dans le détail pour ne pas spoiler le visiteur -ahahah wais, surtout aussi parce que ta lecture date de plus d'un an et que t'as plus de braiiiiin!. En effet, ma lecture date un peu, mais le sentiment de satisfaction est toujours bien présent. On peut noter que les femmes de la série prennent de plus en plus d'importance. Elles en avaient déjà pas mal depuis le début, mais là, elle sont bien placées en ce qui concerne la gestion des différentes communautés.



❢ Du point de vue des illustrations, je trouve que Charlie Adlard offre toujours un très beau travail, même si le physique de certains personnages a été modifié par rapport au début -j'avais remarqué  une baisse de qualité notamment dans le tome 18, et il y a aussi le fait qu'Eugène ne ressemble plus à Eugène, bref. Les dessins sont très réalistes et plutôt bien détaillés. Il joue habilement avec les aplats de noirs et les ombrages pour donner vie au récit de Kirkman. La disposition des cases n'est pas "linéaire" -des plus petites, des plus grandes, des strips, etc.- et apporte un certain rythme au récit. J'apprécie également les planches étendues qui s'étendent sur une ou deux pages. Elles amènent à la contemplation, figent un moment précis du récit, marquent un point d'orgue.

❢ Alors pour revenir sur mon carton jaune. Oui carton jaune! Moi, fidèle et assidue!! Personnellement, j'ai trouvé que le tome #23 piétinait un peu. Oui l'intrigue avance. Oui les personnages évoluent. Oui il se passe des choses. Mais c'est lent... J'ai eu un peu l'impression que Kirkman tirait sur sa ficelle parce qu'il ne savait pas encore très bien où tout cela allait le mener.
Alors oui, le développement est intéressant et apporte une nouvelle inconnue au moulin, mais je crois qu'il ne faut pas trop vouloir jouer avec le lecteur au risque de le perdre- petite pensée pour mes copines, abandonnées, décharnées sur le bas-côté.

❢ Tu vas me dire que l'être humain est toujours contradictoire. Quand une série se termine, il chiale, crie au scandale, au vol; quand une série s'éternise, il va taxer l'auteur de pillard, de ne pas se renouveler, de tirer sur la corde du succès. Finalement, où se trouve le juste milieu? Je n'aime pas qu'une série que j'apprécie se termine. Néanmoins, je prends beaucoup de plaisir quand celle-ci aboutit d'une belle façon -que dire des émotions provoquées par le final de la série télé Six Feet Under!! OMG. Tant que l'imagination l'anime, j'imagine qu'il faut continuer, mais il faut aussi être à la hauteur. Ok, je fais mon Jean-Jacques là, et je serais sans doute une des premières à hurler à la lune s'il coupait le robinet... mais bon...




Le mercredi en octobre, c'est BD spécial Halloween

lundi 5 octobre 2015

Le temps n'est rien - Audrey Niffenegger

TITRE : Le temps n'est rien
AUTEUR : Audrey Niffenegger
J'ai Lu - 2006 (pub. 2003)
521 p.








Vous prendrez bien un pitch avec votre thé?


❢ Le temps n'est rien nous transporte à travers l'histoire d'amour nouée entre Claire et Henry. Une histoire d'amour hors du commun étant donné qu'Henry est un voyageur temporel. Atteint d'un maladie génétique inconnue, Henry se dématérialise sans crier gare, pour se retrouver à une autre époque, nu et nauséeux. C'est ainsi vers l'âge de 40 ans, il va rencontrer celle qui deviendra sa femme, Claire, alors qu'elle n'est âgée que de 6 ans. Une rencontre dont son "lui présent" n'a pas connaissance évidemment.

Et mon avis, je vous le trempe?


J'ai plutôt bien aimé me plonger dans ce livre alliant romance et Science-Fiction. Le roman entre directement dans le vif du sujet avec un prologue énonçant les paroles de Claire et de Henry, à propos de leur union. De suite, on sait dans quoi on met les pieds. Et ça vaut mieux, parce qu'Audrey Niffenegger ne va pas hésiter à nous balader d'une période à l'autre en un claquement de doigts.
Dès lors, elle nous projette le samedi 26 octobre 1991 - (Henry a vingt-huit ans, Claire vingt), lors de la première rencontre officielle entre Claire et Henry. Les bases sont posées. Nous découvrons en même temps qu'Henry les prémisses d'une longue histoire qui n'a finalement pas encore débuté. Le voyage dans le temps peut commencer...

❢ Chaque chapitre mentionne une date précise et l'âge des protagonistes à ce moment là. Malgré des bonds dans le temps, le récit reste linéaire et est en quelque sorte lié à l'évolution de Claire. C'est via ces bonds dans le temps que l'on en apprendra un peu plus sur le passé d'Henry. J'ai trouvé cette manière de présenter les chapitres plutôt chouette, même si- petit bémol- j'ai quand même vaguement l'impression que l'auteur s'est emmêlée les pinceaux dans quelques dates. C'est de l'ordre du détail, mais vu le thème du livre, ça me parait important (c'était genre deux dates qui se suivent, mais dont le jour non... par exemple.) L'alternance des chapitre, et donc des bonds dans le temps, donne une bonne rythmique au récit.

❢ L'intrigue est bien ficelée. Je trouve que ça monte en intensité au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. L'envie de savoir, les aspects dramatiques font que j'ai été assez bien happée. Sans m'avoir marqué de la même manière, Le temps n'est rien m'a à plusieurs reprises fait penser au chef d'oeuvre de Daniel Keyes aka Des fleurs pour Algernon. Ca ne tient pas au contenu, mais plutôt à la manière dont les personnages subissent la pathologie génétique du héros.

❢ Au niveau des décors, Niffenegger n'est pas avare de détails pour nous rendre compte des différentes époques visitées. Elle explore tous les petits détails qui "construisent" une personnalité pour nous décrire les personnages également. Certains passages n'apportent pas grand chose au récit -je pense notamment au passage où Henry fait un cours de punk à un jeune ado qu'il rencontre dans une soirée- en soi, ça n'a pas vraiment perturbé ma lecture, mais à y repenser, je me dis que c'était peut-être inutile. L'auteur apporte donc un certain soin dans la construction de ses personnages, ce qui les rend peut-être un peu caricaturaux. Ainsi, vous prendrez plaisir à détester le père de Claire -son frère aussi- parfait modèle du type-pêté-de-thunes-qui-a-tout-réussit-dans-la-vie qui n'est pas vraiment sympathique. Néanmoins, on arrive quand même à s'attacher aux personnages principaux.


❢ En bref, avec Le temps n'est rien Audrey Niffenegger inscrit son histoire d'amour dans un cadre qui relève de la Science-Fiction à travers le thème du voyage spatio-temporel. Pour son récit, elle va prendre le parti que le voyageur temporel n'a pas de prise sur l'époque qu'il visite parce que tout s'est déjà passé -en gros, ses interventions dans le passé n'ont aucune influence sur l'avenir. J'avoue que cette manière de voir les choses m'a un peu déstabilisée au début. Une fois ce postulat accepté, le récit tient la route. Ca ne restera pas LE roman de l'année en ce qui me concerne, c'était néanmoins une bonne lecture qui m'a procurée pas mal d'émotions.



❢ Acr0 m'avait choisi ce livre dans le cadre de notre défi mensuel, tout simplement parce qu'elle l'avait surkiffé. Elle a bien fait de me le faire découvrir à mon tour.


dimanche 4 octobre 2015

Défi ValériAcr0 #3.8 : La sélection d'octobre

 Le défi ValeriAcr0, c'est un petit challenge qu'on se lance tous les mois avec Acr0. L'idée de base, c'est que chacune va puiser dans la Pile A Lire de l'autre pour en dénicher une lecture. Le binôme a le mois courant pour effectuer sa lecture, et jusqu'au 5 du mois qui suit pour poster sa chronique.

Haïku du mois d'octobre

Feuilles mortes
Potirons, citrouilles en présence
Au delà de ta peur, vole et vas.



❢ L'automne est là. Les saisons se succèdent et ne se ressemblent pas, mais apportent chacune leurs petites particularités aux sélections de notre défi -bientôt, on va se choisir un dress-code pour entamer notre lecture. Pour le mois de septembre, Acr0 avait décidé de me faire voyager dans le temps. Je viens de le finir et je vais bien vite en parler ici. De mon côté, j'ai choisi de l'envoyer déjà dans une lecture liée au Challenge Halloween. Elle n'en a fait qu'une bouchée.

❢ Et donc, cher visiteur, tu le sais sans doute, ou pas, mais en octobre, on a pris l'habitude de participer au Challenge Halloween organisé par les copines Hilde et Lou. Du coup, nos sélections sont généralement raccord avec le thème de l'évènement.
Bon j'ai hésité quelque peu, mais j'ai fait mon choix.
Un livre qui n'aura pas fait long feu dans ta PAL.
Un livre qui regroupe le fait d'être un superbe objet et un incontournable de la littérature fantastique.
Un livre que tu vas -je l'espère- dévorer sous une peau de bête (à défaut un plaid poilu), en compagnie des boules de poils et d'une bonne tasse de thé bien chaud, pendant que le vent et la pluie secoueront tes volets! (en imaginant que tu aies des volets)...

De mon côté, j'en parlais ici.
Trêve de blabla, Acr0 tu vas lire :

 Les contes macabres d' Edgar Allan Poe

illustré par Benjamin LACOMBE




❢ Comment a-t-elle réagit à cette annonce?
"Un livre parfait pour Halloween ! Effectivement, il n'aura pas fait long feu dans ma PAL celui-là ;). Oui, j'ai un plaid poilu en poil synthétique mais que j'appelle le mouton (rapport aux boucles) et que je me fais systématiquement voler par mes chats..."

❢ Acr0 s'est également penchée sur mon chaudron pour me choisir un livre d'octobre... Est-ce qu'elle a fait une bonne pioche? Pour le savoir, rendez-vous dans son antre!


samedi 3 octobre 2015

Journal de bord 2015 #3 : This is Hallow....What?!

 Depuis des temps ancestraux (environ depuis 17.... euh 2011), je prends part au Challenge Halloween organisé par Miss Hilde et Miss Lou. Challenge qui fête cette années son 6ème anniversaire.
Pendant un peu plus d'un mois, du 1er octobre au 5 novembre, l'idée est de mettre du frisson dans ses lectures -films, musiques, déco, DIY, activités, cuisine, blablabla- et de partager le tout avec le monde entier- enfin les visiteurs du blog. Les filles ne font pas les choses à moitié, car chaque année, elles renouvellent le thème et nous offre un cadre sympathique horrifique dans lequel nous installer.

 L'année dernière, nous voguions à bord d'un vaisseau fantôme. Cette année, ça sera rendez-vous dans le fond d'un bois pour une randonnée infernale! Des étapes sont prévues : entre grilles rouillées, vieux cimetière et chemins sinistres, on trouvera quand même notre petit campement chauffé par un feu de bois, sur lequel nous allons griller nos marshmallows. Toutes les informations, c'est ici ou . Il y a même un rassemblement social sur Facebook.
Je n'arrive pas les mains vides. J'ai quelque peu préparé la virée en avançant dans mes "livres qui font peur" ces dernières semaines. Il suffit juste de mettre tout ce qui est dans ma tête par écrit -ok, ok, il faut déjà remettre de l'ordre dans cette caboche.

 Plusieurs lectures thématiques sont déjà au programme pour animer ce mois d'octobre :
  • l'intégrale du Ça de Stephen King à finir
  • Le Guide de survie en territoire Zombie de Max Brooks en LC avec Acr0 et Hilde
  • Dexter tome 3 de Jeff Lindsay, une LC avec Acr0
C'est aussi l'occasion de sortir certains livres illustrés comme L'épouvantable encyclopédie des fantômes de Pierre Dubois ou Beautiful Nightmares de Nicoletta Ceccoli; les recueils de nouvelles de Clive Barker, le livre de sang (6 tomes); la BD Petit, les Ogres-dieux de Hubert & Bertrand Gratignol; un petit délassement bit-lit avec le 4ème tome de la série Succubus de Richelle Mead; un roman jeunesse, Miss Peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs; mon défi du mois, La théorie de la vilaine petite ville de Hubert Haddad; ou encore la bio de ce bon vieux Ozzy Osbourne, aka The Prince of Darkness.

❢ Côté films et séries, je n'ai encore rien défini. Par contre, je compte bien manger du potiron et autres courges à m'en faire exploser -au grand dam de l'homme qui sature déjà après une soupe et un gratin.

❢ Quoi, vous dites? Je vois... trop grand?! Wais c'est pas faux! Mais tant qu'il y a de la mort, il y a de l'espoir! Ce sur, je m'en vais habiller mon blog d'orange pour l'occasion et j'en profite pour partager avec vous deux planches d'une illustratrice que j'aime beaucoup et qui a également, à sa manière, fêté l'arrivée du mois d'Halloween. Il s'agit de Liz Climo.