Google+

Index dynamique

dimanche 25 mai 2008

BABELIO et MASSE CRITIQUE - 3ème



Babelio
, le site déjà bien connu maintenant de "partage de bibliothèque", met à nouveau en route une nouvelle édition de Masse Critique.
Le rituel : les candidats s'inscrivent, sélectionnent un ou plusieurs titres proposés par les éditeurs participants. Après la magie du sort, les lecteurs reçoivent le (ou parfois les) livres souhaités en échange d'une critique sur son blog.
Il faut donc un blog et un compte Babélio pour participer.
300 exemplaires & 107 titres différents seront distribués cette fois-ci!
Toutes les informations concernant l'action Masse critique se trouvent par là-bas...

ps : Merci à Solenn pour l'inspiration du message.

dimanche 18 mai 2008

Michael Tolliver est vivant!

Armistead Maupin nous offre ici l'ultime tome des chroniques de San Francisco. Quoique je ne suis pas sûre que l'on puisse le nommer "Chronique" dans le sens des 6 tomes précédents. D'abord édité dans un journal, les Chroniques de San francisco était écrite sous la forme du roman feuilleton. Chaque édition du journal présentant un chapitre. Ce principe a pour principale qualité de tenir le lecteur en haleine, de vouloir toujours en savoir plus. De plus, le chapitre suivant ne reprenait pas forcément là où l'épisode s'était arrêté. Ce qui ajoute une plus-value en terme de suspense!!
Dans ce septième et dernier tome, la formule roman feuilleton n'y est plus. Il entre dans le cadre du roman. On ne passe plus d'un personnage à l'autre comme dans les autres tomes. Normal, ce bouquin est centré sur le vie de Michael après Barbary Lane.
Même si le rythme a changé, j'étais très heureuse d'avoir des nouvelles de ce bon vieux Mouse!
Laissé en sursis à la fin du tome 6, on apprend qu'il a survécu et vit sa séropositivité avec sérénité. Un avenir incertain qui ne l'empêche pas de tomber amoureux.
On y retrouve également Brian et Shawna, sa fille, et surtout Madame Madrigal! L'incroyable Anna! Vieille de 80 ans, celle-ci se montre extrêmement extraordinaire. Qui ne rêverait pas d'avoir une logeuse comme elle?
Donc dans ce dernier récit, on découvre la nouvelle vie de Michael. On la suit pas à pas avec attention. Parce que même s'il n'y a plus les rebondissements du roman-feuilleton, Maupin sait tenir son lecteur, l'attendrir, l'attacher à ses personnages. J'avais très apprécié son roman, maybe the moon et je pense que l'on peut rapprocher "Michael Tolliver est vivant" à ce style littéraire.
Maupin est vraiment un bon auteur, en tout cas à mes yeux!
Mon objectif était de me replonger du premier au sixième tome des Chroniques avant d'entamer celui-ci... mon impatience à pris le pas.
J'avais de ne pas me souvenir, d'avoir perdu l'image et la personnalité des protagonistes. Mais non, quelques lignes ont suffit pour faire resurgir ce merveilleux moment de lecture dans ma mémoire. Je n'exclus pas l'idée de m'y remettre un jour. Reste toujours le problème de cette Pile à lire qui ne cesse de grandir, ces nouveautés alléchantes et ses classiques à découvrir... Il faut absolument que je pense au détriplage (le dédoublage s'avère finalement insuffisant).
Je vous invite donc à découvrir le monde de Barbary Lane, et de Maupin, ou de vous envoler dans cette clôture.
Michael Tolliver est vivant, Armistead Maupin, Ed. de L'Olivier, 2008
Ma note : 4 étoiles

lundi 12 mai 2008

Nana - Ai Yazawa... ça continue

Toujours plongée dans cette série manga.
Ca faisait un bout de temps que j'avais un peu délaissé mes lectures mangas, alors que la la Pile ne cesse de croître! Je viens donc de terminer les tomes 15 et 16, et les tomes 17 et 18 sont en attente.
Les aventures de Nana et Nana sont toujours aussi palpitantes, même si parfois j'avance moins vite qu'à d'autres moments.
Ai Yazawa est un mangaka que j'apprécie... je me suis donc ruée pour me procurer Gojinko, Paradise Kiss, Je ne suis pas un ange, et Last Quarter (bon du moins le premier tome).
Je n'ai pas encore eu le temps de les tester! grrrr je manque de temps dites-donc!
Puis je dois surtout me plonger dans le série MONSTER de Urasawa depuis des lustres!
Je pense à la chirurgie plastique sérieusement, un découpage un bonne et due forme qui me permettrait d'être en même temps au boulot et en même temps bien installée avec mes bouquins, bd et manga!

samedi 10 mai 2008

Les années Spoutnik


L'opération Babélio et Masse Critique est une action plutôt sympathique qui permet aux connectés Babélio de recevoir un bouquin en échange d'une critique sur son blog. Le livre ci-présent, je l'ai reçu grâce à la deuxième édition de Masse critique. Et il se raconte qu'une troisième édition sera bientôt organisée!

Tout d'abord, j'avais sélectionné ce livre pour son édition : le format, le graphisme, les thèmes de chez Naïve sont souvent alléchants. Ensuite pour le thème, "Une autre histoire de la conquête spatiale". J'avais envie d'en découvrir ce récit entrelacé entre la guerre froide et la guerre des étoiles.
L'histoire s'amorce par le bricolage par deux frères italiens, Achille et Giambattista, de leur premier émetteur-récpeteur. Avec beaucoup d'espoir et de ténacité, les deux gamins parviennent à capter un signal venant de l'espace. De là, ils vont multiplier cette expérience et notamment entendre le battement du coeur de Laïka, première chienne astronaute russe.
Vivant en Italie, ils se situent plus ou moins au milieu des deux pays se livrant une guerre froide et tentant de se dépasser l'un l'autre, à savoir L'URSS et les USA.

Le récit oscille entre roman et documentaire (il est d'ailleurs l'echo d'un documentaire diffusé sur ARTE). J'ai apprécié cette lecture, mais le côté documentaire m'a un peu laissé sur le bord de la route. Là où je pensais être happée dans cette aventure folle de la conquête de l'espace, le style m'a un peu ralenti dans mon engouement. Par contre, le texte propose de nombreuses "citations", "captations " historiques qui alimentent positivement les informations présentées.
Même si je n'ai pas été totalement emballée, j'ai trouvé l'histoire intéressante et informative.

Les années Spoutnik de Jacques Barbéri, Arte Editions, Inculte Naïve, 2007, 146 pages.

Mon homonyme a également reçu ce bouquin...comique non...

mercredi 7 mai 2008

Mma Ramotswe Détective - Alexander McCall Smith


Voici ma première incursion dans le monde Mma Ramotswe, patronne de la première agence (et seule) des femmes détectives du Botswana. McCall Smith nous fait entrer dans son récit par une présentation de Precious Ramotswe, sa vie, son parcours, jusqu'à l'ouverture de son agence. Cet ambitieux projet a un peu de mal à démarrer, mais très vite, Mma va se montrer être une détective hors pair, l'incontournable, la dénicheuse de secret. De mensonges familiaux, à l'infidélité en passant par la sorcellerie, Précious va au bout de ses enquêtes avec succès.

Ce livre m'a été offert par SOLENN dans le cadre du swap noir. Je l'en remercie beaucoup parce que j'ai découvert ici un univers qui m'était encore inconnu et que j'ai trouvé très agréable. Cet univers, c'est celui de Mc Call Smith, ressortissant britannique né au Zimbabwe, et vivant à Edimbourg. Dans cette série, le lecteur fait la découverte (ce fût le cas pour moi) de plusieurs régions d'Afrique avec leurs moeurs et leurs cultures. Ca change du cadre so british d'Agatha Christie, glauque à souhait du Portland de Chattam, nordique de la Suède de Stieg Larsson et j'en passe.
Le style est assez simple. Le cadre posé, on assiste aux différentes enquêtes de Mma Ramotswe. Premier d'une longue série (environ 8 si je ne me trompe...), il s'agit d'un prélude à de futures nombreuses intrigues plus complexes. Ca se dévore d'une traite!
Une très bonne découverte, remplie d'humour et qui va me pousser à suivre les aventures de Precious Ramotswe!
Ma note : 3,5 étoiles.
10-18, 2003, 250 pages

Tentation - Stéphenie Meyer


Second tome des aventures de Bella et d'Edward son vampire (bon là c'est plus un spoiler hein!).
Alors que tout semble bien commencer, en fait, ça va mal! Suite à des évènements que je ne vais pas relater ici, pour ne pas vous gâcher la surprise, Edward décide de quitter Forks avec sa famille. Bella se retrouve ainsi seule, abandonnée et désespérée. Menacée par son père d'être renvoyée chez sa mère, Bella se construit une façade de vie sociale.
Elle finit par se rapprocher de Jacob Black et nouer une réelle amitié avec lui. Un jour, elle prend conscience qu'en se mettant en danger, la voix d'Edward lui résonne dans le tête, qu'il s'adresse à elle. Elle va donc profiter de l'aide de Jacob pour entrer dans une quête secrète de sensations fortes... jusqu'au jour où...
Récit centré sur les affres de l'adolescence et ses transformations, psychiques et physiques, Stephenie Meyer m'a replongé dans mes délires d'ados. Avec le recul, je trouve aussi ces comportements un peu... enfin bon tout le monde passe par l'adolescence! (Eh bon le jour où je serai une vieille peau de 87 ans, je me dirai... "qu'on est bièsse à 29 ans!!") ;-)
Du point de vue de l'écriture, Stephenie Mayer ne se moque de son lecteur. Ses phrases sont bien écrites. Et même si parfois je trouve que certains passages tirent en longueur, le style narratif est intéressant. Même si elle s'adresse à des ados, à travers une histoire d'ados, le langage, les descriptions sont travaillés et ne tombent pas dans des clichés de langue de "djeun's".
Un grand coup de gueule par contre envers les relecteurs de chez Hachette! Que de coquilles! NON MAIS!!! Une passe encore, mais là il y en a au moins une toutes les 50 Pages, alors sur un roman de près de 600 pages... ça fait pas très pro!
Bref, une histoire agréable à suivre, même si j'attendais plus d'action dans les 200 dernières pages. Une note de 3 étoiles.
Hachette jeunesse, 570 pages, 2006

lundi 5 mai 2008

Fahrenheit 451 - Ray Badbury


Ecrit en 1954, ce roman de Bradbury fait partie des livres qui ont rendu célèbre la forme littéraire de dystopie. A l'opposition de l'utopie, la dystopie nous donne une image du monde la pire qui soit. Mais cette vision ne pourrait-elle pas devenir un jour la réalité de notre monde?
Fahrenheit 451 est la température à laquelle s'embrase spontanément le papier au contact de l'air.
Dans ce roman de science-fiction, les pompiers n'oeuvrent plus à éteindre les flammes, mais plutôt à brûler les livres. Montag fait partie de ces pompiers. Il est satisfait de son emploi et plus ou moins de sa vie privée. Un jour, au retour du boulot, il fait la rencontre d'une jeune fille, Clarisse, qui lui fait prendre conscience de toutes ces petites choses qui peuplent le monde et dont plus personne ne fait attention. La vitesse a pris le pas, la censure et l'endoctrinement médiatique sont de rigueur. Sa femme passe le plus clair de son temps auprès de sa "famille", diffusée sur trois écrans géants dans le salon. Ils ne se souviennent même plus de leur première rencontre.
La vie de Montag bascule le jour où, lors d'une intervention, il subtilise un livre interdit et le dissimule chez lui...

Enfin je me suis plongée dans ce grand classique de science-fiction. SF des années 50 qui pourrait très vite devenir une réalité du XXIè siècle. C'est plutôt une vision pessimiste de la société. Dans le livre, la manipulation saute aux yeux... mais qu'en est-il de notre réalité? Qui peut crier haut et fort que nous ne sommes pas manipulés par les médias? Qui peut dire qu'il ne se laisse pas manipuler par les médias?
Je ne dis pas que la lecture de ce bouquin va changer la face du monde. Mais il a le mérite de faire réfléchir. Se dire que ce livre a été écrit en 1954...
J'ai été frappée par cette obsession de la vitesse, ça ressemble beaucoup à aujourd'hui. Alors qu'en est-il du reste? Est-ce que petit à petit le roman de Bradbury va rejoindre notre réalité?
J'espère bien que non.
J'espère que ces quelques lignes vous donneront envie de vous plonger dans ce bouquin. Peut-être pas pour débattre sur un sujet de société, mais au moins pour découvrir un grand auteur du XXè siècle.
Le récit se découpe en trois parties, trois charnières de la vie de Montag. Le style narratif est basé sur l'exploration des pensées, du vécu du héros, entrecoupé de dialogue entre les protagonistes. Un récit percutant et qui fait réfléchir.

Fahrenheit 451, Ray Bradbury, Folio SF
3,5 étoiles

jeudi 1 mai 2008

Un chèque cadeau en poche...

Voici déjà quelques semaines que je disposais d'un chèque cadeau livre en poche.
Voici déjà quelques semaines que le dernier Armistead Maupin est sorti.
Voici déjà de nombreuses semaines que je tente de me calmer du point de vue "achats de bouquin"... mais je viens de craquer!
Envolé chèque cadeau, acquis dernier Maupin "Michael Tolliver est vivant", envolées les résolutions de diminution de PAL. Faut-il ajouter que le dernier Chattam vient de pointer son nez dans les librairies également...
Bon pour celui-ci, j'attends! Promis! Enfin du moins d'avoir lu l'avant-dernier qui attend sur ma PAL. Dans ce cas précis, j'ai pour principe d'en avoir toujours un sous le coude en cas de crise de manque ;-).
Un peu comme pour la série Millenium. De peur d'épuiser les ressources de Larsson trop vite, je me garde les tome 2 et 3 bien au chaud... enfin là, je commence à brûler d'impatience de m'y replonger. Ah ces petites manies...
Je viens de terminer mon premier McCall Smith, Mma Ramotswe Détective, et je n'ai pas été déçue du tout!! (merci Solenn). Donc au programme du jour - vive les congés!- me dénicher le prochain bouquin à dévorer, mais surtout terminer aussi les Années Spoutnik, reçu via l'action Babélio-Masse critique.
Puis c'est sans compter la PAL de manga... vu l'engouement qui règne en ce moment sur les blogs, ça me redonne envie d'avancer dans mes séries!
En gros, un programme bien chargé!