Google+

mercredi 25 juillet 2012

Chronologie Kay Scarpetta

En 2006, j'avais réalisé un billet sur la chronologie de la série Kay Scarpetta de Patricia Cornwell.

6 ans plus tard, cet article rencontre toujours son petit succès (ça doit être l'article le plus lu sur mon blog, il faudrait que je pense à me recycler dans la chronologie peut-être -hi hi).
Le post illustré était hébergé sur un autre blog que j'avais créé, mais je pense qu'il est temps d'arrêter de se disperser et de ramener dans le coin livres, ce qui appartient au coin livres.

Voici donc une nouvelle réactualisation de cette chronologie, que vous pourrez également trouver en "pages" sur l'accueil du blog. En légende, vous trouvez le titre en VO et la date de parution en VF.

Pour ma part, je n'ai plus avancé dans la série depuis un bout de temps... et j'avoue que ça me manque. En remettant cette liste à jour, je n'avais qu'une envie... me replonger dans les aventures de Scarpetta.
Et vous, où en êtes vous?


Postmortem (1990)

Body of evidence (1991)

All that remains (1992)

Cruel and unusual (1993)

The body farm (1994)

From Potter's Field (1995)

Cause of death (1996)

Unnatural exposure (1997)

Point of origin (1998)

Black notice (1999)

The last precinct (2000)

Blow fly (2003)

Trace (2004)

Predator (2005)

Book of the dead (2007)

Scarpetta (2008)

The scarpetta factor (2010)

Port Mortuary (2011)

Red mist (2012)


lundi 16 juillet 2012

Kane et Abel - Jeffrey Archer

Jeffrey Archer est décidement un excellent conteur d'histoire.
Découvert il y a deux ans avec son "Seul contre tous", je n'ai pas longtemps hésité sur le choix lors de ma participation au dernier Babélio/Masse critique (Merci! Merci à vous).
Cet auteur anglais, né en 1940 à Londres, a l'art de mettre en scène des personnages captivants dans un décor propice au voyage mental.
Ce livre est réédité au Livre de Poche plus de 30 ans après sa première publication en VO (1980).

Livre de Poche, avril 2012, 720 pages
Le roman s'ouvre sur une date : 18 avril 1906. Celle de la naissance de William Kane et de Wladek Rosnivski. Alors que le premier pousse son premier cri dans une clinique de Boston, le second est trouvé auprès du corps sans vie de sa mère, dans une forêt en Pologne.
Fils d'un éminent banquier, la vie de William semble toute tracée et réglée comme du papier à musique. De l'autre côté de l'Atlantique, Wladek grandit dans cette famille d'accueil, nombreuse et précaire. L'intelligence des gamins s'affirment dès leurs premières années. Une chance qui va placer Wladek sous la coupelle du baron qui emploie sa famille, à la recherche d'un compagnon d'étude pour son fils. Un élément à la source du croisement entre ses deux destins que tout semblait éloigner.

Un roman définitivement historique
Jeffrey Archer donne à voir l'évolution de deux garçons dans deux mondes totalement différents. L'un grandit au sein d'une société américaine prospère, tandis que l'autre subit les affres de la suprématie rouge en Europe de l'Est et de la guerre.
Le récit débute à l'aube du 20ième siècle et va traverser plus de 60 ans d'histoire mondiale.
L'intérêt réside dans le fait qu'on ne se trouve pas face à des faits bruts, à la manière d'un livre d'histoire. Le lecteur devient spectateur de l'Histoire vécue de l'intérieur.
Alors que j'étais une fervente haïsseuse du cours d'histoire jusqu'à mes 18 ans, j'ai adoré cet aspect du roman. Une plongée dans nos origines auprès de personnes, même fictives, qui s'inscrivent avec une grande intensité dans la réalité.

Le récit se tient de bout en bout et l'intrigue est plutôt palpitante. Beaucoup de rebondissements rythment le roman. Alors, même si parfois ça peut sembler téléphoné d'avance (enfin quand on le lit), ça n'enlève rien au déroulement de l'histoire. On sait que des évènements historiques vont influer sur la vie des personnages, mais on ne s'attend pas à tout. Certains passages sont assez intenses et font réfléchir sur ce que certains ont vécus par le passé.

La construction du roman ajoute également une bonne dynamique de lecture. Il est divisé en plusieurs parties, qui correspondent à des grands pans de l'Histoire. Ensuite, à chaque chapitre, on passe d'un personnage à l'autre. Certains plus longs, d'autres plus elliptiques avec des subdivisions.
Les personnages sont attachants, et on ne tombe pas dans une dichotomie "gentil-méchant". Chacun a ses qualités et ses défauts. D'ailleurs ces derniers font partie du moteur de l'intrigue.

L'écriture d'Archer est très agréable aussi. Un style fluide, direct, qui ne s'encombre pas de descriptions inutiles, mais des descriptions qui apportent de l'intensité aux scènes vécues par les protagonistes. Le roman est écrit à la troisième personne et dose agréablement le texte "brut" et les dialogues.
J'étais assise derrière mon bouquin comme dans une salle de cinéma. Scotchée à la chose que je tenais en main, impossible de sortir mon nez de ces pages.

En bref, j'ai dévoré les plus de 700 pages en une semaine. Ma seconde rencontre avec Jeffrey Archer était plus que concluante et je pense que je relirai encore cet auteur.

Ma note : 4,5 étoiles

Je remercie encore Babélio et les éditions Le livre de Poche pour m'avoir fait découvrir ce titre.

vendredi 13 juillet 2012

Marilyn Monroe - Anne Plantagenet

Folio biographies, février 2007, 305 p.
2012 a fait naître en moi une nouvelle lubie : les biographies.
Je ne sais pas pourquoi, mais ça m'a pris comme ça. Je n'ai pas beaucoup lu de bouquin du genre exception faite de la bio de Nirvana par Michael Azerrad, et celle de Jim Morrison (Personne ne sortira d'ici vivant) par Hopkins, Sugerman et Alien.

Achetée lors de la dernière foire du livre de Bruxelles, la vie de Marilyn Monroe par Anne Plantagenet n'aura pas fait long feu sur ma PAL*.
Difficile de passer à côté de la star américaine cette année, étant donné qu'on va "fêter" en août prochain les 60 ans de sa disparition. Marilyn fait partie de ces icônes foudroyées très jeunes (36 ans pour la gonzesse). Une de ces courtes vies, mais mythiques, à l'instar de celles de James Dean, Elvis Presley ou Clo-Clo.

Ne connaissant que très peu de choses sur la demoiselle, j'en ai appris pas mal à la lecture de cette bio. Je pense ne jamais avoir vu un de ces films et me l'étais donc représentée comme une de ces "grandes" actrices des années 50. Grande, elle l'a été, oui, mais elle était surtout prisée pour son physique et incarnait en règle général le rôle de la gentille blonde coquine. Cette lecture m'a également donné envie de découvrir un peu plus sa filmographie sur écran (et pas seulement les noms des films).


Née Norma Jean Baker le 1er juin 1926, de père quasi inconnu; grandissant auprès d'une mère fragile psychologiquement, un vide hantera toujours la fille. Déjà avant de devenir Marilyn, elle séduit, inconsciemment ou pas, les hommes. Constamment à la recherche du Daddy qui comblera son manque. Faire tourner les têtes est son plus grand rôle, alors qu'elle rêve de mettre son cerveau en valeur, plus que ses seins. Entre le rêve et la réalité, un gouffre s'installe, en même temps que la dépression.

Anne Plantagenet brosse de manière intéressante la vie de la starlette. Son style est agréable à lire, jamais lourd ou pesant. Effectivement, les mots sortent de sa bouche, mais elle donne l'impression d'exposer les faits tels qu'ils sont et de ne pas émettre de jugement ou de poser des suppositions sur la vie de Marilyn. Plantagenet dépeint une icône et lève le voile sur ses origines.
Les zones floues restent floues. Elle n'est pas là pour éclaircir les mystères, mais bien de raconter une vie.
L'auteur nous avertit également que certains pans de l'enfance de Norma Jean, raconté par Marilyn ont sans doute été édulcorés (en raison d'incohérence ou autre), mais que le but n'était pas de les démentir, étant donné qu'il s'agissait aussi de la vie que Marilyn s'était construite. (Enfin, bien souvent, le vrai récit a été dévoilé plus tard par la star.)
Si vous êtes à la recherche d'un bouquin traitant, par exemple, de la mort de Marilyn, d'une enquête ou de révélation à ce propos... passez votre chemin.

J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir avec cette lecture.  Un style léger et fluide, un bon rythme entre les différentes périodes de vie, des photos au centre illustrant ces périodes. Bref des ingrédients bien mélangés pour réussite une recette.
Ça m'a évidemment donné envie de continuer à lire des bio, et celle d'une autre Marilyn**, un peu plus dark, trône sur ma pile. A suivre...

Ma note : 4 étoiles




*Pile A Lire
**Marilyn Manson

dimanche 1 juillet 2012

Challenge Thriller... this is the end

Organisé chez Cynthia, le challenge thriller m'avait bien tenté quand je suis tombé dessus il y a près d'un an.
Je l'avais pris en cours de route, en me disant qu'en tant que dévoreuse de thriller, je ne pouvais pas passer à côté de celui-ci. Il y a quelques jours, en lisant les articles publiés dans mes fils RSS, je tombe sur le récap' et la clôture de ce challenge.
Conclusion : je ne sais vraiment pas me tenir à un Challenge. Il suffit de regarder la page que je lui ai dédié pour se rendre compte que je l'ai lâchement délaissé. Seulement trois thrillers sont référencés. Hum...

Je vais donc rattraper mon retard avec le billet ici présent!


En août 2011, j'ai pris la décision de relever le Challenge "Thriller" dans la catégorie "Téméraire du dimanche", à savoir lire 5 thrillers. Nous avions jusqu'au 15 juin 2012 pour accomplir notre défi.
J'avais opté pour 5, en me disant que ça ne mettait aucune pression et que dans le meilleur des cas je pouvais décrocher la catégorie supérieure.
Ça me fait rire de parler de "pression" en ce qui concerne la lecture. Il s'agit quand même d'un divertissement, pas une question de vie ou de mort... donc louper un objectif, WTF, il n'y a quand même pas mort d'homme.
Bon évidemment, quand on se prend au jeu, c'est autre chose.
Je pense que le seul "Challenge" pour lequel je pourrais me mettre la pression, c'est le KIL/PAL.
Pression du genre : "tant que t'as pas lu ce que tu avais, interdiction formelle d'acheter des nouveaux livres". Réussir ce challenge, serait faire preuve d'une force mentale extraordinaire!

Je m'écarte encore du sujet, je vais aller droit au but. Voici la liste des thrillers lus au cours de ce challenge :

  1. Le Fléau, Stephen King
  2. Jusqu'à la folie, Jesse Kellerman
  3. Remède mortel, Harlan Coben
  4. Lune de sang, Todd Ritter 
  5. Walking dead 1, Robert Kirkman & Charlie Adlard
  6. Non-Stop, Frédéric Mars
  7. Walking dead tomes 2, 3, 4, Kirkman & Adlard
  8. A la folie, Pascal Marmet
  9. Millénium tome 3, Stieg Larsson
  10. Walking dead tomes 5, 6, Kirkman & Adlard
Donc finalement, beau bilan pour ce challenge où j'ai plus que doublé mon pronostic (13 lectures contre 5 annoncées).
Évidemment, ce n'est pas le genre de lectures pour lequel je dois m'armer de courage... j'apprécie beaucoup les thrillers, quand ils sont bien faits.
Ce n'est pas toujours évident d'appliquer ce style à un livre. Difficile parfois d'avoir un avis tranché. Il suffit de lire l'article wikipédia pour se rendre compte que le thriller peut vite devenir une catégorie fourre-tout.
Pour établir cette liste, je me suis inspirée de cette définition, et du ressenti que j'avais eu par rapport à ces lectures. Et certains d'entre eux sont des sous-genres du thriller.
Un style très fouillu à découvrir!



Tony Chu, tome 2 - John Layman

Delcourt, 120 pages, mars 2011
Un goût de paradis, suite des aventures du détective cannibale, Tony Chu. Dans le premier tome, nous faisions connaissance avec ce héros atypique et son don particulier. Celui de pouvoir "voir" les causes de la mort en dégustant un morceau de la personne/chose (du coup, Tony se nourrit exclusivement de betterave, le seul aliment qui ne fait pas réagir son don). Cette particularité a évidemment fait naître de nombreuses scènes cocasses.
A l'heure où l'histoire se passe, c'est une mauvaise période pour les amateurs de poulet. L'aliment est prohibé suite à une obscure épidémie de grippe aviaire.
Dans ce second tome, Chu va se trouvé confronté à une plante qui a totalement le même goût que le poulet. Un produit qui risque bien d'être la convoitise de quelques mafieux. Pour en savoir plus, Tony décide de se rendre sur l'île paradisiaque où est née cette plante.

Un avis peut-être?
Le premier tome n'était pas uniquement un tour de piste. Au delà de la présentation du héros et de l'entrée en scène de quelques personnages, on entrait dans le vif du sujet avec un intrigue plutôt palpitante.
Dans ce second tome, de nouveaux personnages apparaissent et d'autres reviennent ou ont disparus. Mais à chaque fois, c'est avec plaisir qu'on fait la connaissance de ces nouvelles têtes. Des personnages assez typés, avec une psychologie bien développée et un sacré caractère. Chacun apporte sa petite pierre au récit, mais surtout une bonne dose d'humour. Ce comics est clairement un thriller, mais caractérisé beaucoup d'humour noir.
Au niveau de l'intrigue, l'auteur distille petit à petit des éléments qui nous font progresser dans la découverte d'une part, mais qui d'autre part jette de nouveaux voiles de mystères. Celle-ci est assez prenante. Cette série est un bon page-turner.
Comme dans le premier tome, le récit est découpé en chapitres, ce qui lui confère un bon rythme.
Au niveau du graphisme, l'image me plaît toujours. Colorées et vivantes, les cases peuvent revêtir également un côté assez sombres. Elles comportent parfois pas mal de texte, mais sont également très dynamique, offrant des "vlam blam" qui se passent de toutes explications.
Le physique des personnages entre bien en corrélation avec leur psychologie.


Bref, une série que je vais continuer à suivre avec attention!
Ma note : 3,5 étoiles