Google+

dimanche 21 août 2011

Lord of burger - Arleston, Alwett, Barbucci


Glénat, mars 2010, 95 pages
Un petit plaisir de lecture...
J'ai découvert cette série l'année dernière avec la sortie du premier tome (Clos des épices).
Attention, ça va être un peu complexe...
En fait, le premier tome édité l'année dernière, a été réédité cette année sous forme de 2 tomes (dans un nouveau format), j'ai donc lu cette année le "nouveau" tome 3.
Hum, petite parenthèse rageuse. Lors de l'annonce de l'a sortie des nouveaux tomes (en 2011), je me faisais une fête de voir que 2 tomes allaient sortir. Je pré-commande, je reçois, puis je me rends compte que la BD a été rééditée et qu'en fait me voilà avec un tome, dont j'ai déjà le contenu!!
Pfff grrr, gniii, et tout ça sans un mot de l'éditeur sur le site en ligne où je l'ai commandé.
Me voilà grognon.
D'abord, ça me casse ma collection, ensuite j'ai acheté un doublon. 
Bon au final, j'ai quand même conservé le tome 2 (le doublon). Il faut dire que cette nouvelle édition est fort sympathique aussi... hum. Et donc... il faudra quand même bien qu'un jour, je rachète de le tome 1 de cette nouvelle édition, histoire de ne pas être déparaillée.
Glénat, juin 2011, 56 pages
Toutes les occasions sont bonnes pour faire des descentes en librairie.
Bon ça c'était pour la petite histoire.
Ca n'a en rien gâché mon plaisir de lecture!

L'histoire :
Alessandro Caprese est un grand cuisinier. Propriétaire d'un restaurant 3 étoiles à Paris, on le retrouve un jour enfermé, congelé, dead, dans sa chambre froide.
Ses deux enfants, Ambre et Arthur se retrouvent dès lors à la tête de cette entreprise qu'ils vont devoir sauver. Ambre est de retour d'un stage de ferronnerie de sabre auprès d'une vieille geisha au bout du monde. Elle est également très douée pour la sculpture sur glace avec ces-dits sabres. Arthur, lui, travaille dans un fast-food, où il ne peut s'empêcher d'expérimenter des recettes de burgers.
Voilà, l'intrigue est placée. Donc d'une part, on a l'intrigue "cuisine" et la remise sur pieds du resto; d'autre part, l'intrigue "meurtre".

Glénat, juin 2011, 56 pages
Mon avis :
Je suis FAN!!! Tout d'abord l'histoire. J'ai été prise dans l'intrigue dès les premières pages. C'est vrai que le côté cuisine est assez tendance (entre les émissions de télé culinaires ou autres combats entre cuistos), mais c'est un sujet que j'apprécie vraiment (j'adoooore manger... donc un bouquin qui me parle de nourriture... mmmm, ça j'aime bien aussi ;-) ). De plus, on entre aussi dans une intrigue "policière" et la recherche des méchants qui ont tués le grand Chef et veulent mettre des bâtons dans les roues des deux jeunes.
Les auteurs n'ont pas lésiné sur l'humour et il est difficile de ne pas sourire à toutes les pages. Le récit est bien ficelé, léger et agréable à lire. Les héros sont drôles (parfois malgré eux), certains sont mystérieux. En gros, la psychologie des personnages est bien élaborées.
Le tout est soutenu par des dessins que j'adoooooOoore (aaah oui, ça on en mangerait!). Je suis définitivement fan des illustrations de Barbucci. Et une bonne part de l'humour passe évidemment par ces illustrations. Les personnages sont expressifs, les dessins sont rythmés et plein de mouvements. Il y a une réelle dynamique dans le récit graphique. On n'est pas dans une case figée. Tout bouge.
Cette dynamique me donne l'impression d'être en plein dans un manga, où le nombre important de traits crée du mouvement.
Glénat, juin 2011, 48 pages

Bref un série dont j'ai hâte de lire la suite! 
Effectivement, la nouvelle édition change tout. 
Le premier tome (2010) faisait 95 pages. Celui-ci a été "coupé" en deux pour réalisé les tome 1 et 2 (édition 2011). Donc en me plongeant dans le tome 3, je me suis retrouvée avec 48 pages, dont je n'ai fait qu'une bouchée!!
J'avais un petit goût de trop peu lorsque j'ai fermé le bouquin... un peu comme un Big Mac... on n'a pas envie qu'il se termine tellement que c'est bon! (Quitte à se lécher les doigts pour être sûr de ne pas perdre une goutte de sauce!).
Vivement la suite!!!

Ma note : 4,5 étoiles


samedi 20 août 2011

1974 - David Peace

Rivages noir, avril 2004, 395 pages
Ce titre est le premier tome d'une quadrilogie autour du Yorkshire. J'ai été tentée de découvrir cet auteur via une chronique assez élogieuse lue sur un blog (désolée... je ne sais plus quel blog).
Ayant un chèque cadeau à dépenser, mon choix s'est porté vers ce titre.
Présenté comme un roman noir, dont l'intrigue se passait en Angleterre, j'étais séduite.
Lecture en cours terminée, je me rue donc dans ce roman avec enthousiasme, mais je fus assez vite déstabilisée par le style d'écriture de l'auteur.
Un style assez sec et froid, une syntaxe assez abrupte. Le narrateur s'exprime de manière crue et les descriptions sont régulièrement glauques.
Le ton est donné.
L'histoire est sombre : disparitions et meurtres d'enfants ; une police véreuse ; des journalistes imbibés d'alcool et à l'affût du scoop ; magouilles et autres "mafiosetés". Les coups pleuvent, une enquête trafiquée, la mort guette.
On est bien dans un roman noir : cadre, personnages, ambiance et atmosphère. On ne peut pas se tromper.
Par contre, j'ai eu vraiment du mal à m'attacher aux personnages, même au personnage principal. On sent vraiment le mal-aise qui plane et que le "héros" est en quête de vérité et de justice, mais aussi de reconnaissance, mais j'ai eu vraiment du mal à m'y accrocher.
Le style de l'auteur ne m'a pas aidé à me prendre d'affection pour ce journaliste, surnommé Scoop.

Le résumé : Après Jeanette Garland et Susan Ridyard, la jeune Clare Kemplay vient de disparaître sur le chemin de l’école. Son cadavre sera bientôt retrouvé dans une tranchée sur un chantier.
Nous sommes en 1974, dans la région de Leeds. Noël approche. Edward Dunford, reporter à l’Evening Post, est encore un néophyte qui fait ses premières armes dans l’ombre du journaliste vedette de la rédaction, Jack Whitehead. Au volant de la vieille voiture de son père, il sillonne les routes de l’Ouest du Yorkshire à la recherche d’indices susceptibles d’éclairer les meurtres de ces trois fillettes. Au début, il croit seulement chasser le scoop, mais plus il enquête, plus il découvre que bien des choses sont pourries au royaume du Yorkshire : policiers corrompus, entrepreneurs véreux, élus complices… 

A première vue, le récit semble plutôt simple. Je me doutais bien que tout ça cachait des noeuds à défaire, et j'espérais bien que ce ne serait pas aussi facile. Par contre, je n'imaginais pas être complètement emberlificotée dans les noms des différents protagonistes et des différentes actions.
Je me suis retrouvée plusieurs fois à me demander si je n'avais pas loupé une info pour comprendre la suite. Perso, j'ai eu l'impression que le récit était parfois décousu et je n'arrivais pas à relier certains éléments entre eux.

Je ne suis pas totalement déçue de ma découverte. Tu voulais du "noir", tu as eu du "noir". Le cadre, l'atmosphère et le ton utilisé colle bien avec le type de roman. Néanmoins, je n'ai pas été happée dans ce livre comme je l'aurais espéré.
Peut-être que je tenterai la suite, 1977, histoire de me faire un second avis sur cet auteur, qui selon l'éditeur, "la réputation d'auteur n'a cessé de grandir" (au fil de sa série.

J'attends de lire d'autres chroniques pour me décider.

Ma note : 2,5 étoiles

Ce titre s'inscrit également dans le cadre du Challenge God save the Livre
Me voilà ainsi à 8 titres lus!