Google+

dimanche 24 décembre 2006

Le passager, Patrick Sénécal, 3,5 étoiles


Pas facile de se procurer les livres de Patrick Sénécal de ce côté de l'océan.
Grâce à la vente d'occasion via internet, j'ai pu trouver les autres titres de cet auteur qui m'a happée dans son tourbillon littéraire.
Le passager est l'histoire d'un jeune homme de 28 ans engagé au CEGEP de sa ville d'origine, Drummondville. Il va y enseigner la littérature et plus particulièrement aborder le thème du fantastique. Lui qui n'a jamais lu d'histoire d'horreur, va rapidement prendre goût à ce genre surtout quand il traite de l'enfance.
Trois fois par semaine, il fait l'aller-retour, entre le domicile parental et son appartement de Montréal. La route est longue quand on est seul. Un jour, il décide de prendre à bord de sa voiture un auto-stoppeur qu'il avait déjà vu à plusieurs reprises sur son trajet. Ainsi débute son incroyable avanture.
Patrick Sénécal m'a, à nouveau, transporté dans son monde. Lu d'une traite, ce roman m'a plongé dans une culture francophone différente de la mienne. Un langage, des expressions nouvelles qui développent un cadre d'action différents. Ca ressemble à du Stephen King, mais ce n'est pas du Stephen King. On est loin de l'envirronement américain. Dépaysement garanti!
Le style de Senecal est agréable à lire. Pas lourd, le suspense est préservé jusqu'à la fin du récit. Même si à un momennt de l'histoire j'ai cru avoir la solution, j'ai été replongée dans le doute jusqu'au dénouement.
Un bon thriller sur lequel il vaut la peine de s'attarder!

Scream Test, Grégoire HERVIER, 3 étoiles


Entrons dans le monde sanglant de la télé réalité. Univers impitoyable où les candidats vendent leur image au diable. Ils deviennent les pantins d'une super-production qui n'hésite pas à dénaturer, capter, couper des moments pour tailler une personnalité aux joueurs. Sur les sept candidats sélectionnés, il n'en restera qu'un seul à la fin de la semaine.
En somme, une émission bien banale, comme on en voit tous les jours depuis quelques années... quoique...
Grégoire Hervier, pour son premier roman, nous entraîne dans une critique de la société, de la télé, du système judiciaire. Il nous présente les dérives de chaque secteur avec une pointe d'humour. On pourrait y voir une caricature, mais c'est plus proche de la réalité que de la moquerie. J'ai passé un bon moment de lecture. Je l'ai découvert... parce que j'adore cette collection "Au diable Vauvert", puis le résumé m'a également séduit. Même si on constate que le style n'est pas encore tout à fait certain, et que l'auteur va sans doute s'améliorer sur ce point au fil de ses écrits, il s'agit tout de même d'un bon thriller. Le suspense est là, les personnages sont crédibles, l'enquête nous entraine au fil des pages, on ne s'ennuie pas. L'auteur ne nous entraîne pas dans de longs passages sans fin. Une bonne dynamique fait tourner ce roman. Un bon conseil de lecture pour cet hiver!

mercredi 13 décembre 2006

Rhésus, Héléna Marienské...

Je pense qu'il s'agit de mon premier abandon de l'année 2006.
Je n'aime vraiment pas laisser tomber un bouquin comme ça, mais là j'ai eu du mal à continuer à avancer.
Surtout que ma PAL ne cesse de grimper... même si mon porte-monnaie hurle de désespoir et ma carte de banque est complètement brûlée.
Je n'ai entendu que de bonnes choses de ce roman, mais je décroche.
Au départ, tout allait bien. L'histoire se décompose selon les récits de plusieurs protagonistes.
Raphaëlle ouvre le bal. Elle nous fait rire avec les critiques acerbes qu'elle adresse à sa fille. Puis vient celui de Céleste qui nous apporte un autre regard sur la situation.
Nous rencontrons Ludovic, un infirmier de la maison de retraite, Dhorlac, un grand écrivain à qui l'on demande de réaliser un livre sur le fait divers ayant cours dans le home... et puis un dernier locuteur... que je n'ai pas encore lu...
L'intérêt de cette construction, c'est qu'elle nous apporte un point de vue différent sur la même situation, la même histoire.
On voit la réalité à travers les yeux de celui qui la raconte. Ainsi, on se dit "pauvre Raphaëlle! Ce qu'elle doit vivre!!", puis on se pose tout de même la question de savoir si elle n'est pas un peu sénile...
En gros, ce que j'en ai lu était plutôt pas mal. Mais j'ai vraiment eu assez de mal à rester scotchée... et j'ai baissé les bras.
Bon je pense que je le reprendrai à un autre moment... du moins pour finir les 100 pages qu'il me reste et connaître le pourquoi du comment de l'histoire.
Parti d'un fait divers, l'auteur nous entraîne dans un home et nous fait découvrir la vie des seniors. Entre Jeux vidéos et (re)découvertes sexuelles, il s'en passe des choses. Et tout ça rythmé par l'entrée clandestine d'un singe bonobo et le refus des vieillards de s'en débarrasser.
Je vais laisser ma note en suspens et remettre ça à l'année prochaine...
Pour la petite note culturelle... l'auteur a reçu le prix du 15 minutes plus tard de la rentrée littéraire 2006.
Deuxième note, je ne remercie pas l'éditeur de ce bouquin d'avoir mis une couverture blanche.
A le promener partout avec moi, le livre est devenu presque tout sale! Je n'ai jamais fait ça avec un livre et ça me rend quasi malade ;-)
Brrrr ça fait froid dans le dos d'imaginer qu'on puisse faire des livres qui se salissent si vite!
Bon au moins, il a vécu, c'est le côté positif du torchonage de livre.

samedi 9 décembre 2006

Le puits des histoires perdues, Jasper FFORDE - 4 étoiles

Il y a un an, j'ouvrais les portes de ce blog avec un livre de Jasper Fforde. Quelle sympathique coïncidence que de se retrouver un an après avec le roman du même auteur! (Ok, j'ai un peu trainé pour faire ma note, mais ça tombait presque pile poil à la même date...)
Le puits des histoires perdues, c'est le troisième volet des aventures du Thursday Next, après "L'affaire Jane Eyre" et "Délivrez-moi".
C'est aussi le lieu où stagnent les livres édités qui ne trouvent pas, ou peu, de lecteurs et sont menacés d'éradication. Mais c'est aussi dans le Puits que Thrusday va trouver un peu de répis.
Voyages à travers les livres, rencontres avec des personnages burlesques, Fforde nous transporte dans un univers toujours aussi loufoque. Un style simple mais conjugué avec un vocabulaire original. Un récit et pas mal de dialogues entre les protagonistes. La narration est dynamique. Difficile de résumer ce livre sans en dévoiler les secrets des deux autres tomes.
Attention à ne pas s'égarer au tournant d'une étagère de romans ou autres essais. Dans le premier tome, le lecteur peut se sentir dérouté et se demander dans quoi il est tombé... mais au bout de trois aventures, on s'est familiarisé avec ce monde des livres. Je suis devenue une accro des aventures de Thrusday et me réjouis d'en connaitre la suite. Reste à voir comment l'auteur va exploiter ces titres suivants. Le risque est évidemment de tomber dans de la redite ou de la surenchère qui ôterait tout le charme du début. C'est le risque encourru quand on se lance dans une "épopée"!
Je vous invite aussi à découvrir Jasper Fforde. Scénariste pour le cinéma, on ressent un peu cette influence dans son écriture romanesque. Cela lui confère un certain dynamisme, l'histoire n'est pas figée.
Je lui donne 4 étoiles, en attendant une suite tout aussi rebondissante.

Happy Bookday!

Voilà! Une année s'est écoulée depuis le début de ce blog.
J'espère que bien d'autres vont suivre et que de nombreux articles seront postés (signe que je lis beaucoup!!). J'espère aussi toujours m'améliorer dans la rédaction des notes...
Bon faudra aussi que je sois plus inspirée que ce matin.... Finalement, il n'y a rien d'autre à ajouter que

JOYEUX ANNIVERSAIRE
MON JOLI CARNET DE LECTURES!!