Google+

jeudi 30 novembre 2006

Mysterious skin, Scott Heim, 4 étoiles


Brian Lackey, Neil McCormick, deux garçons, deux vies, deux drames.
A l'âge de 8 ans, 5 heures de la vie de Brian se sont envolées. Pendant ces heures, il ne sait pas ce qui lui est arrivé. Victime d'absences et de saignements de nez, 10 ans plus tard, Brian est persuadé qu'il a été enlevé par des OVNI. Il va tenter de lever le voile sur cette fameuse journée oubliée.
Neil McCormick a 8 ans quand il prend conscience de son attirance pour les garçons. Séduit par son entraineur de base-ball, il est persuadé que cet homme lui voue un amour infini. 10 ans plus tard, Neil vit de passes et envisage de partir rejoindre son amie à New-York. Pour gagner sa croûte, il se prostitue.

Les 10-15 années sur lesquelles s'étale l'histoire sont racontées par différents protagonistes, à la première personne, et en majeure partie à travers la voix de Brian et Neil. Le récit des autres personnes, à divers moment de l'histoire, donne un éclairage extérieure sur la vie des deux garçons. Ainsi nous entendons la soeur de Brian, l'ami ou l'amie de Neil, qui décrivent chacun leur rencontre et le début de leur amitié, etc...
Le thème de l'histoire est grave. La manière dont l'auteur présente cette succession de chapitre apporte une certaine dynamique au récit qui donne envie de toujours aller plus loin. On veut que les personnages arrivent à un dénouement, heureux ou malheureux, il faut qu'ils comprennent ce qui leur est arrivé. Ou plutôt qu'ils se rendent compte du drame qui pèse sur eux.

5150 rue des Ormes, Patrick Sénécal, 4,5 étoiles


Yannick Bérubé part vadrouiller en vélo dans sa nouvelle ville. Une chute lui fait croiser la route de Jacques Beaulieu, propriétaire du 5150 rue des Ormes. D'abord reconnaissant de son aide, Yannick va très vite déchanter. Séquestré chez les Beaulieu, son calvaire ne fait que commencer.
Ce thriller est raconté à la première personne. Tout d'abord à travers la voix de Yannick, qui narre son aventure et l'écrit sur des feuilles que Beaulieu a bien voulu lui fournir. Les chapitres sont entrecoupés de morceau du journal de Maud Beaulieu. On apprend comment les Beaulieu se sont rencontrés, comment a évolué leur relation et leur vie commune. Ce bond dans le passé nous éclaire sur la situation actuelle.
Patrick Sénécal plonge le lecteur dans une atmosphère étouffante et angoissante. Au fil du texte, on a envie d'en savoir plus, d'aller toujours plus loin. Difficile de lâcher le bouquin avant la fin. Le style de l'auteur est vivant, haletant. Grâce à l'écriture en "je", le lecteur devient témoin de l'histoire de Yannick, on est l'interlocuteur principal de Yannick, la personne qui pourrait l'aider à s'en sortir. Malheureusement, Yannick ne peut entendre nos conseils et ça fait hurler...
On retrouve chez Sénécal un côté Stephen King, mais avec une nationalité différente, un environnement géographique différent.
J'étais vraiment très contente de découvrir cet auteur canadien et je compte bien y revenir. Se trouvent sur ma PAL : Le passager, Aliss, Les 7 jours du Talion et Oniria.
Une atmosphère où il est agréable de se plonger. Un bon moment de lecture et donc 4,5 étoiles pour ce titre.

dimanche 26 novembre 2006

Bref passage

Toujours privée d'Internet, je fais un petit crochet en profitant de la connexion d'un voisin non sécurisé (on reste poli, on télécharge pas à gogo!).
Pas très à jour dans mes cirtiques et un peu paresseuse... je tente de rédiger quelque chose qui donne envie et le met en ligne dès ce soir! (Il faut que je sois plus sévère avec moi-même si on veut éviter la stagnation!)
Sinon, côté lecture, je me suis lancée dans Rhésus... sous les bons conseils de Sébastien Ministru (via le close up et le Télémoustique), mais là... à l'écouter cela devait être assez "comique", humour noir et compagnie... et il faut dire que je m'ennuie parfois un peu...
oui l'histoire est pas mal, mais je suis pas super embarquée...
Il me reste 100 pages et j'espère ne pas défaillir...
J'ai horreur de l'aisser tomber un bouquin...
Je ne vais pas non plus faire un étalage de mon stress face aux coins cornés et tranches tranchées... mais un bouquin blanc, c'est pas le top quand on est maniaque...
J'ai donc décidé de passer outre et je laisse vivre ce livre, qui passe du fond de mon sac au bord de la baignoire. A le voir, on ne pourrait pas croire que c'est moi qui le lit...
Enfin, ça dépend un peu aussi... j'aime bien triturer mes livres, mais avec soins ;-)
Sur ce, je m'en retourne à ma lecture... ah non, cette après-midi c'est promenade...
biz

mercredi 15 novembre 2006

Oui je lis toujours...

Non je n'ai pas été happée par un bouquin en furie, ni dégustée par l'ogre du petit poucet...
Je suis juste en panne d'internet.
Je pourrais donc profiter de cette interférence à la lecture pour avancer un peu dans ma PAL... mais là, je suis quand même un peu lente.
J'avoue quant même me délecter du troisième épisode des aventures de Thursday Next...
En gros je fais durer le plaisir.
Malgré le temps gagné sur l'absence d'internet... je suis tout de même un peu coincée avec l'option de déballage de carton et d'amménagement de la maison...
Mais alors que la garde-robe est toujours un vrai foutoire.... la bibliothèque qui prend un pan de mur de près de 4m (3m60 si compte bien...) et de plus de 2m de haut... est merveilleuse!!!!
Je suis super contente!!
Je me pose quant même quelques questions.... au rythme où je vais et à l'âge que j'ai.... il y a intérêt à ce que je démménage avant d'avoir le double de mon âge...
sinon la pièce risque d'être totalement envahie!
Enfin c'est vraiment un bonheur de ranger ses bouquins... trop longtemps enfermés dans des cartons...
Donc pour conclure.... je prends bien note de mes critiques, comme naguère, dans un carnet... et celles-ci seront remises en ligne dès mon retour parmi le monde informatique ;-)